Principe de Jordan

Signalez un cas visé par le Principe de Jordan

La Société de soutien suit les cas visés par le Principe de Jordan. Si vous pensez avoir affaire à un cas, communiquez avec nous.

Dernières nouvelles

À propos

Le Principe de Jordan est un principe qui place les intérêts de l’enfant en priorité et qui a été nommé en mémoire de Jordan River Anderson. Jordan était un enfant des Premières Nations de la Nation crie de Norway House au Manitoba. Né avec des besoins médicaux complexes, Jordan passe plus de deux ans inutilement à l'hôpital tandis que la province du Manitoba et le gouvernement fédéral argumentaient à savoir qui devrait payer pour ses soins à domicile. Jordan est décédé à l'hôpital à l'âge de cinq ans, jamais il n’a pu passer une journée dans son foyer familial.

Les litiges de paiement entre les gouvernements fédéral et provincial sur les services aux enfants des Premières Nations ne sont pas rares. Les enfants des Premières Nations sont souvent laissés en attente de services dont ils ont désespérément besoin, ou encore, ils se voient refuser des services qui sont offerts aux autres enfants. Cela inclut des services en éducation, santé, garderie, loisirs, culture et langue. Le Principe de Jordan demande au gouvernement qui a été contacté en premier lieu de payer pour les services et demander un remboursement plus tard afin que l'enfant ne soit pas tragiquement coincé au centre de la bureaucratie de gouvernement.

Dans une décision historique publiée le 26 janvier 2016, le Tribunal canadien des droits de la personne a ordonné au gouvernement fédéral de cesser immédiatement l'application d'une définition limitée et discriminatoire du principe de Jordan, et à prendre immédiatement des mesures pour mettre en œuvre la pleine signification et la portée du principe.

Le 6 juillet 2016, AINC a présenté un rapport de conformité au Tribunal fournissant une mise à jour sur sa mise en œuvre du principe. Dans le rapport, le gouvernement a engagé à investir jusqu'à 382 millions $ pour mettre en œuvre une application plus large du principe de Jordan. Par contre, dans le même temps, AINC a continué de limiter l'application de ce principe aux enfants vivant dans les réserves avec un handicap ou une condition à court terme. La Société de soutien attend des éclaircissements pour comprendre: 1) ce que l'annonce de financement signifie vraiment pour les enfants sur le terrain, 2) qui le gouvernement fédéral applique à, et 3) comment son approche proposée diffère de l'approche discriminatoire, qu'il a utilisé jusqu'à maintenant.