Réconciliation en matière de protection de l'enfance

Le mouvement des Pierres de touche d’un avenir meilleur pour la réconciliation en matière de protection de l'enfance vise à promouvoir et à ancrer les principes et le processus des Pierres de touche d’un avenir meilleur, à préparer les animateurs communautaires à travailler avec les communautés et les organisations, et à développer des plans de vision et des prochaines étapes adaptés à la culture, qui sont destinés à informer les pratiques et les politiques de protection de l'enfance spécifiques aux régions et aux nations. Le succès du mouvement repose sur la possibilité pour les peuples autochtones et non autochtones de participer à la réconciliation.​:

  • Dire la vérité: Relater l'histoire de la protection de l'enfance en exposant ses effets néfastes pour les enfants, les jeunes et les familles autochtones.
  • Reconnaître : Apprendre du passé, mieux se connaître mutuellement et reconnaître la nécessité d'emprunter une nouvelle voie. 
  • Réparer: Faire de notre mieux pour redresser les torts et apporter les changements nécessaires pour que ceux-ci ne se reproduisent pas.
  • Entretenir les liens : Collaborer dans le respect à l'élaboration, à la mise en place et à la surveillance d'un nouveau système de protection de l'enfance.

Le processus de réconciliation est guidé par cinq principes des Pierres de touche d’un avenir meilleur qui sont définis et mis en œuvre par les personnes impliquées dans le mouvement afin qu'ils reflètent le contexte unique des nations et communautés autochtones et servent de fondement au mouvement :

  • L'autodétermination : Les peuples autochtones sont les mieux placés pour prendre des décisions pour les enfants de leurs communautés et pour diriger l'élaboration des lois, des politiques, des recherches et des pratiques en matière de protection de l'enfance pour leurs communautés. 
  • Culture et langue : La culture et la langue sont fondamentales pour la santé des enfants et des familles et les politiques, pratiques et services de protection de l'enfance doivent être culturellement adaptés. Cette pierre de touche reconnaît également que nous apportons notre propre culture et notre vision du monde dans le travail que nous faisons avec les enfants et les familles autochtones. 
  • Approche holistique : Les approches de protection de l'enfance sont plus efficaces lorsque l'on considère tous les aspects de la vie des enfants autochtones (au-delà de la famille nucléaire) et que les enfants sont façonnés par leur culture (traditions, spiritualité et coutumes sociales), leur environnement, leurs relations sociales et leurs capacités et traits spécifiques. 
  • Interventions structurelles : La sécurité et le bien-être des enfants autochtones devraient être prioritaires, mais nous devons également reconnaître qu'il existe des facteurs extérieurs qui empêchent les familles et les communautés de subvenir aux besoins de leurs enfants (manque de services, pauvreté, logements insalubres, etc.). Des services adéquats doivent être fournis aux familles et aux communautés et des ressources suffisantes doivent être prévues pour que les organismes et les communautés au service des enfants puissent élaborer des programmes de prévention et s'attaquer à des problèmes tels que l'abus de substances. 
  • Non-discrimination : Les enfants, les jeunes et les familles autochtones qui bénéficient des services de protection de l'enfance ne devraient pas être moins bien traités ou être traités de façon négative parce qu'ils sont autochtones. Les peuples autochtones ont le droit d'accéder à des ressources de protection de l'enfance qui répondent à leurs besoins et au contexte culturel unique de leur expérience.  

Pour en savoir plus des Pierres de touche, lisez Réconciliation en matière de protection de l’enfance: Pierres de touche d’un avenir meilleur pour les enfants, les jeunes et les familles autochtones ou cliquez l'image à droite.

Pour plus de renseignements, contactez-nous à info@fncaringsociety.com.