Le Rêve de Shannen pour des écoles sécuritaires et confortables

Nouvelles et ressources (désolé, en anglais seulement)

Pour visionner d'autres mises à jour et de ressources, veuillez visiter la page Nouvelles et la page Galerie et ressoures

Le Rêve de Shannen

Shannen Koostachin, une jeune activiste de la Première Nation d’Attawapiskat en Ontario, avait un rêve : des écoles sécuritaires et confortables et une éducation culturellement adaptée pour les enfants et les jeunes des Premières Nations.

Plusieurs écoles des Premières Nations reçoivent moins de financement par élève que les écoles provinciales et territoriales et ne reçoivent aucun financement pour des choses comme les bibliothèques, les ordinateurs, les langues ou les activités parascolaires. De nombreuses écoles n'offrent pas un environnement d'apprentissage sécuritaire et approprié et peuvent poser des problèmes de santé graves, comme la contamination par des moisissures, des niveaux élevés de dioxyde de carbone, des infestations de rongeurs, des eaux usées et l'insuffisance ou l'absence de chauffage.

Shannen a travaillé sans relâche pour tenter de convaincre le gouvernement fédéral de donner aux enfants des Premières Nations une éducation adéquate avant de décéder tragiquement dans un accident de la route à l'âge de 15 ans et ce, sans avoir pu réaliser son rêve. Mais son rêve s’est maintenant réalisé.

Le 22 juin 2012, le jour où Shannen aurait gradué, la construction d’une nouvelle école à Attawapiskat a été entamée. La nouvelle école a ouvert ses portes en août 2014 (CBC). 

Shannen demeure une jeune modèle pour les enfants autochtones et non autochtones ainsi que pour les jeunes qui continuent de porter son rêve pour des écoles sécuritaires et confortables pour tous les enfants des Premières Nations au Canada.

 

Réconciliation en éducation

L'éducation est le deuxième domaine prioritaire des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation (CRV) publiés en juin 2015. Dans son rapport, la CRV demande au Canada d’offrir une éducation culturellement appropriée pour les enfants des Premières Nations et de sensibiliser tous les Canadiens au sujet des peuples autochtones pour les préparer à l'important travail de réconciliation. Ceci est conforme au travail de la Société de soutien sur le Rêve de Shannen et à l’engagement des enfants autochtones et non autochtones à faire cesser les inégalités dans toutes les sphères de vie des enfants et des jeunes des Premières Nations.

La Société de soutien offre des possibilités aux enfants et aux jeunes de toutes les origines à collaborer, à penser de façon créative à l'avenir et à inspirer les uns les autres pour mener au changement social. Nous appuyons aussi les éducateurs et les écoles de partout au Canada pour favoriser la citoyenneté et la confiance en soi en offrant des occasions pour que les étudiants puissent prendre part à des activités qui encouragent la réconciliation et l’équité fondée sur la culture pour les enfants et les jeunes autochtones.

Pour des idées sur la façon d'intégrer la réconciliation en classe, visitez la page Ressources pour les écoles.